2. Itinéraire de découverte de la ville

Itineraire

Thématique: Histoire, architecture et culture

Lieu: Centre historique de la ville

Sites à visiter: Rambla de Figueres, maisons art nouveau, monument à Narcís Monturiol, Plaça de la Font Lluminosa, Plaça de Catalunya, Plaça del Gra, l’abattoir, maison natale de Dalí, Plaça de l’Ajuntament, rue de La Jonquera, Plaça Gala i Salvador Dalí, église Sant Pere, juiverie.

Durée: 2 heures environ

Observations: Nous vous recommandons de vous munir d’un plan de la ville (disponible à l’Office de tourisme)

Départ: Le parcours commence devant l’Office de tourisme de Figueres, sur la Place de l'Escorxador. Vous trouverez à l’Office tous les renseignements nécessaires pour passer un excellent séjour dans la ville. De là, vous traverserez la Nationale II et vous prendrez la rue Lasauca jusqu’à la Rambla.

 

1er arrêt

La Rambla est l’un des endroits emblématiques de Figueres. Son origine remonte à 1828, date à laquelle il fut décidé de couvrir la rivière Galligans, de manière à résoudre les problèmes d’hygiène et de communication que celle-ci posait puisqu’elle coupait jusqu’à lors la ville en deux. Dirigés par l’ingénieur militaire Antoni Lasauca, les travaux de recouvrement terminèrent en juillet 1832.

En 1862, on planta des platanes le long de la Rambla et, vers la fin du XIXe siècle, l’artère était déjà pour les citadins un véritable lieu de rencontre et de promenade ; théâtre de concerts, de foires et de marchés, bordée d’hôtels, de restaurants et de cafés, elle attirait un public venu de la région entière. Entre la fin du XIXe siècle et la guerre civile, on construisit dans son périmètre le plus bel ensemble de bâtiments civils que possède la ville, ensemble éclectique puisque y sont représentées les architectures baroque, néoclassique, art nouveau, noucentista et rationaliste.

 En 1917, la Rambla connaît sa dernière grande transformation : l’architecte Ricard Giralt Casadesús en modifie la géométrie et urbanise de neuf son esplanade centrale. C’est de cette époque que date le monument d’inspiration noucentista dédié à Narcís Monturiol (inventeur de l’Ictineu, le premier bathyscaphe), qui se trouve en contrebas de l’esplanade centrale. Cette œuvre est du sculpteur Enric Casanovas.

Parmi les bâtiments remarquables par leur architecture, on ne manquera pas d’admirer le long de la Rambla la Casa Polideseia (1864) de l’architecte Josep Roca i Bros, édifice néoclassique sis au numéro 15 ; trois maisons art nouveau de l’architecte Josep Azemar : la Casa Cusí (1894), la Casa Puig-Soler (1901) et la Casa Salleras (1901) respectivement au 20, au 27 et au 16 ; la Casa Pagès (1928) de Josep Duran i Reinals, maison de style noucentista qui occupe le numéro 21 et, au numéro 22, une œuvre art nouveau de Joan Gomà Cuevas, la Casa Caselles (1930).

 2ème arrêt

De la Rambla, prenez la ruelle piétonnière du Forn Nou qui conduit à la Plaça Josep Pla et au Théâtre municipal El Jardí. Au centre de la place, se dresse le monument de Josep Ministral dédié à Josep Pla, écrivain très lié à la ville de Figueres où il fit de nombreux séjours et dont il vanta les mérites gastronomiques. La place est dominée par le bâtiment du Théâtre municipal El Jardí, œuvre art nouveau de l’architecte Llorenç Ros i Costa érigée en 1914. De là, vous continuerez la rue du Forn Nou jusqu’à la rue Nou, puis jusqu’à la Plaça Ernest Vila (que les habitants de Figueres appellent place de la fontaine lumineuse), d’où vous rejoindrez la moderne Plaça de Catalunya et arriverez à la Plaça del Gra.

 
3ème arrêt

La Plaça del Gra (halle aux grains) se caractérise par sa structure particulière, admirable de simplicité. Comme son nom l’indique, elle a été conçue pour préserver le marché aux grains des intempéries. Bâtie en 1887 à partir de 36 colonnes de fer qui en supportent la toiture, elle était l’un des points de rencontre et d’échange marchand de la population du Alt Empordà. Aujourd’hui, elle accueille le marché chaque mardi, jeudi et samedi. Prenez ensuite la rue Concepció jusqu’à la Plaça de l’Escorxador.

 
4ème arrêt

L’ancien abattoir municipal date de 1904, c’est une œuvre art nouveau de l’architecte Josep Azemar, auteur de plusieurs autres édifices sur la Rambla. Il a perdu ses fonctions initiales et abrite aujourd’hui l'office de tourisme. Son corps central abrite une grande salle où se tiennent des expositions culturelles temporaires.

Vous prendrez ensuite la rue Monturiol et ferez un arrêt devant le numéro 20. Il s’agit de la maison où, le 11 mai 1904, naquit le peintre Salvador Dalí ; elle a récemment été rachetée par la Mairie. De là, vous reprendrez le chemin de la Rambla et emprunterez la rue Girona. Passant la Plaça de l’Ajuntament, vous continuerez par la rue de La Jonquera, qui se caractérise par l’allure française de ses édifices, preuve que la frontière n’est pas bien loin. Avant d’arriver à la rue Canigó, vous prendrez sur votre gauche des escaliers qui mènent à la Plaça Gala i Salvador Dalí où se trouve le Théâtre-musée Dalí.

 
5ème arrêt

Juste à côté, se trouve l’église Sant Pere, l’un des plus intéressants éléments d’architecture de la ville. La première mention que l’on possède à son sujet remonte à 1020 ; c’est autour d’elle que s’est bâtie la Figueres médiévale. Elle a probablement été construite sur l’emplacement d’une église paléochrétienne. De l’église romane initiale (X-XIe), il reste quelques pans du mur nord et une meurtrière à gauche de la nef, au pied du clocher. À la fin du XIVe siècle, le roi Pierre le Cérémonieux ordonna de construire une nouvelle église dans le style gothique alors en vigueur.

Celle-ci arrivait jusqu’à la croisée actuelle : elle n’avait qu’une seule nef à voûtes en croisée d’ogives et contrefort. En 1578, on reconstruisit la façade dans le style néoclassique, la dotant d’un grand œil-de-bœuf qui éclaire toute la nef. L’église a été ensuite agrandie et modifiée à plusieurs reprises (la chapelle de Notre-Dame des Sept Douleurs, sur le côté nord, a été commencée en 1678). Incendiée et en partie détruite durant la guerre civile, elle a été reconstruite dès 1941 sur l’initiative de la Mairie.

 
6ème arrêt

Un dernier arrêt reste à faire sur cet itinéraire de découverte, celui de la rue Magre et de la Plaça de la Llana. C’est l’un des plus anciens quartiers de la ville : la juiverie y était établie. Les juifs arrivèrent dans la ville durant la seconde moitié du XIIIe siècle, attirés par des édits de l’Infant Pierre leur promettant cinq années d’exonération d’impôts et un lopin de terre à cultiver. C’est ainsi que se forma la juiverie, qui possédait sa boucherie et ses propres boulangeries. Afin d’éviter les altercations, le quartier était clos chaque nuit. Son isolement par rapport à la ville était tel que les maisons donnant sur l’église n’avaient ni portes ni fenêtres. De là, par la Pujada del Castell ou la rue Sant Pere, vous rejoindrez la Rambla où prend fin cette promenade.